Jay Kvapil

LANDSCAPES

21 novembre - 9 décembre 2017

La Galerie Lefebvre & Fils est heureuse de vous présenter la seconde exposition individuelle de l’artiste américain Jay Kvapil du 21 novembre au 9 décembre 2017. 

© Rebecca Fanuele

© Rebecca Fanuele

 

« Lorsque j’ai recommencé à travailler la céramique en 2004 après une longue interruption, ma démarche était animée par le désir d’aller au coeur du processus créatif de la céramique et de son histoire. Je souhaitais donner à voir ce que la cuisson fige dans le temps : les glaçures, les fondus, les coulures ...

Pour moi, l’un des ingrédients essentiels à tout bon processus artistique : art visuel, musique, littérature, théâtre, danse ou encore cinéma, est la tension. Sans tension, il n’y a pas d’art. Le jazz possède cette tension qui le rythme, la musique d’ascenseur, elle ne l’a pas. C’est lisse et plat. J’aime travailler cette tension, cette limite qui définit ce qui est laid ou abject de ce qui est considéré comme beau. Pour cela, je porte en permanence un regard juste et critique sur mon travail. 

© Rebecca Fanuele

© Rebecca Fanuele

Mon travail de céramiste se caractérise par des formes simples et modernes. Elles sont un condensé de toutes les formes que j’ai pu appréhender à travers l’histoire de la céramique. La forme trouve son identité par un travail complexe de sa surface. Les glacis et les émaux que j’utilise définissent le caractère singulier de la pièce. Ils créent l’élégance. Comme pour les potiers du passé, le four à céramique est mon partenaire, mais il conserve une part imprévisible. À l’entrée du four, les pièces se ressemblent toutes. Elles sont empreintes de nuances de gris et de brun terne. La cuisson et les émaux les éveillent. Pour bien utiliser les émaux, être juste, il faut les voir dans les yeux.

On dit souvent que la céramique est une forme d’art très technique et c’est vrai. Le risque est de se perdre dans ces recherches techniques, que cela prenne le pas sur la sensibilité artistique. A contrario, délaisser la technique nuit à la possibilité de réaliser une pièce qui correspond à ce que l’on espère.
Si les cuissons et les glaçages conservent une part d’inattendu, ils ne sont pas aléatoires. si je souhaitais tout maîtriser, je passerais un vernis. Les glaçages sont de ma propre invention et sont le résultat de centaines, voire de milliers de tests. Je suis comme un cuisinier ou un chimiste, ajoutant une pincée de ceci ou de cela pour arriver au résultat désiré.

© Rebecca Fanuele

© Rebecca Fanuele

Mes dernières pièces de céramique font allusion au voyage. J’ai grandi en Arizona, une terre de vastes paysages désertiques ponctués par des pierres. Leurs nuances de coloris sont riches. Certaines pièces pour moi font référence de manière évidente à ces paysages qui m’ont construits pour d’autres cela est plus tenu et onirique. J’estime que je ne fais pas de la céramique d’art ou de la sculpture, je fais de la poterie. J’aime ce geste ancestral pure et simple, presque une forme de language. Si mon travail est réussi, j’aime à imaginer que c’est une forme de conversation avec les potiers qui m’ont précédés et avec ceux qui viendront après moi.» 

Jay Kvapil

© Rebecca Fanuele

© Rebecca Fanuele